19/12/2012

Le poème de la semaine

André Frénaud

Je l'ai proférée en pierres sèches, ma maison, 
pour que les petits chats y naissent dans ma maison, 
pour que les souris s'y plaisent dans ma maison. 
Pour que les pigeons s’y glissent, pour que la mi-heure y mitonne, 
quand de gros soleils y clignent dans  les réduits. 
Pour que les enfants y jouent avec personne, 
c'est-à-dire avec le vent chaud, les marronniers. 
 
C'est pour cela qu'il n'y a pas de toit sur ma maison, 
ni de toi ni de moi dans ma maison, 
ni de captifs, ni de maîtres, ni de raisons, 
ni de statues, ni de paupières, ni la peur, 
ni des armes, ni des larmes, ni la religion, 
ni d'arbres, ni de gros murs, ni rien que pour rire. 
C'est pour cela qu’elle est si bien bâtie, ma maison. 
 
 
Quelques traces de craie dans le ciel,
Anthologie poétique francophone du XXe siècle

00:10 Écrit par Claude Amstutz dans Littérature francophone, Quelques traces de craie dans le ciel - Anth | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature; poésie | |  Imprimer |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.